Mgr Anatole MILANDOU Archévèque de Brazzaville

samedi 21 octobre 2017

L'église Ste Anne
Mgr THÉOPHILE MBÉMBA
Mgr BARTHÉLÉMY BATANTU
L'église St Pierre Claver
Mgr ANATOLE MILANDOU

LA MÉMOIRE BIAYENDA

Feuillet mensuel d'information du Conseil de Coordination pour la Cause de Béatification et de Canonisation du Cardinal Émile Biayenda

  • La Mémoire N° 195
  • Mgr Anatole Milandou, Archevêque de Brazzaville le 1er juillet 2017 à la Cathédrale Sacré-Cœur

    « Le Cardinal Émile Biayenda est un modèle de prêtre à suivre ».

    Dans l’Archidiocèse de Brazzaville, l’année pastorale 2016-2017, s’est achevée le samedi 1er juillet dernier, au cours de la célébration eucharistique où 7 jeunes diacres ont reçu le sacrement de l’ordre des mains de son Excellence Mgr Anatole Milandou, Archevêque Métropolitain de Brazzaville.

     

    lire la suite

     


    AFFECTATIONS ET NOMINATIONS DES OUVRIERS APOSTOLIQUES DE L’ARCHIDIOCÈSE DE BRAZZAVILLE, ANNÉE PASTORALE 2017-2018

     

    lire la suite

     


    Éditorial

    Les démons de l’immédiat

    Le catéchisme de l’Église Catholique (CEC) nous enseigne que le 1er des sept dons du Saint-Esprit est la sagesse (n° 1831) et le 4ème des douze fruits du Saint-Esprit est la patience (n°1832). Hélas ! Souvent peine perdue du Magistère de l’Église. En effet, beaucoup de chrétiens, de prêtres, de religieux ont oublié ou ignorent ces trésors de la doctrine catholique. Ils se montrent peu sages et patients dans leur vie quotidienne et leur apostolat. Les plus jeunes d’entre eux veulent être ceci ou cela tout de suite ; ils veulent avoir ceci ou cela tout de suite, ici et maintenant. Ils trouvent les années préparatoires aux divers sacrements trop longues, les années de formation au sacerdoce trop longues ; le temps du postulat et du noviciat trop long. De plus en plus, l’étape des fiançailles est inexistante pour fonder un foyer.

    En revanche, l’orgueil et la colère, 1ère et 4ème des sept péchés capitaux (n° 1866) deviennent leurs chevaux de bataille. Ainsi « les démons de l’immédiat », les princes du stress financier et politique se caressent, à leur dépend, leur barbichettes, tous heureux de grossir chaque jour les troupeaux de Satan. Pourquoi les gens ne se mettent pas à l’école de Yahvé, Dieu Tout puissant, qui a purgé six jours pleins d’éternité pour venir à bout de son œuvre de création, au point de s’écrouler de fatigue le septième jour ? Jésus de Nazareth est resté, pendant une trentaine d’années, le fils du charpentier Joseph, avant de se lancer pendant trois petites années comme prédicateur de la Bonne Nouvelle, à travers la Galilée, la Judée et la Samarie.

    Qui ignore que la durée souhaitée normale et favorable à la maturation d’un être humain dans le sein maternel est de neuf mois ? L’agriculteur jette la semence ou enfouit les boutures de manioc en terre avec sagesse ; il sait par expérience que, même si l’on ne voit rien immédiatement la semence germe et produira du fruit au terme d’une attente patiente. Il est donc temps dans la vie sociopolitique, professionnelle, chrétienne, de lutter et de résister à tous « les démons de l’immédiat ».

    Cessons de saliver d’appétit pour ceci ou cela et tout de suite, nous risquons d’être consommés comme les divers légumes qui croissent sans attendre quelque lendemain.

    Abbé Albert NKOUMBOU

     


    Radio Magnificat
    La Radio Catholique du Congo-Brazzaville
    Branchez-vous vite sur le 93.7 FM Du lundi au samedi de 9hoo à 17hoo

    Radio Magnificat
    Abonnement de soutien

     

     


 
Éditorial

Si Je t'oublie Cardinal Émile Biayenda...

Se souvenir, se rappeler, faire mémoire, ne pas oublier ! Pour que le présent plonge ses racines dans le passé et y puise de l'humus nutritif au bénéfice de son quotidien en devenir. Garder mémoire : par profonde gratitude et par devoir en direction l'action et des décisions concernant le monde et autrui.

« La Mémoire Biayenda » se propose de maintenir vivace l'impact de la vie, de l'enseignement et du martyre du Cardinal Émile Biayenda dans l'Église et dans la société.

Des Fondations Biayenda existent déjà !

Nous ne sommes qu'une écriture qui donne à lire le souvenir de nos aînée dans la foi chrétienne au Congo : Biayenda, Singha, Badila, ect...

Pour la foi l'histoire est pertinente.

« Si je t'oublie, Jérusalem, que ma sidebar-second se dessèche ! Que ma langue s'attache à mon palais si je perd ton souvenir, si je ne mets Jérusalem au plus haut de ma joie ! » (Ps.137,5-6). Nous ne pouvons pas nous permettre d'oublier Tâ Biayenda ! Le passé, la tradition, nos aînés nous parlent, nous enseignent. Il faut se mettre à l'écoute.

Ah ! si seulement le Congo avait écouté et compris son Cardinal...

Abbé Albert NKOUMBOU


Haut de page


RAPPEL

Directive de Monseigneur Bartélémy Batantu aux Curés et aux Communautés Paroissiales et Religieuses

Lc 25/BB/95

Objet : Journée de prière pour la Béatification et la Canonisation du Cardinal Émile BIAYENDA.

En mémoire du jour de la mort du Cardinal Émile BIAYENDA, le Mardi 22 Mars 1977, il y aura une journée de prière pour sa Béatification et sa Canonisation tous les mardi dans toutes les communautés paroissiales et religieuses de l'Archidiocèse de Brazzaville, suivant le programme qui vous sera communiqué ultérieurement.

La première Journée de cette prière aura lieu le Mardi 5 Décembre 1995 à partir de 16hoo en ville, et à l'heure opportune en Paroisses et Communautés chrétiennes de campagne.

Les Curés de Paroisse sont invités à faire une large diffusion dans leurs Paroisses et Communautés de toutes les circulaires ayant fait état de la Cause de Béatification et de Canonisation du Vénéré Pasteur.

Fait à Brazzaville, le 23 Novembre 1995

Monseigneur Barthélémy Batantu
Archevêque de Brazzaville


 
Haut de page