Mgr Anatole MILANDOU Archévèque de Brazzaville

mercredi 16 janvier 2019

LA MÉMOIRE BIAYENDA


 
 
 
 

La Mémoire N° 203

Autopsie religieuse sur les antivaleurs

LES MOUVEMENTS D’APOSTOLAT : LE COMPORTEMENT DES RESPONSABLES ET LA LANCINANTE PHÉNOMÈNE D’ARGENT.

Suite du numéro 202 de la mémoire biayenda

 

lire la suite

 



Archidiocèse de Brazzaville

DÉCRETS PORTANT NOMINATIONS DES MEMBRES DES BUREAUX DIOCÉSAINS

 

lire la suite

 



Le nouveau préfet pour les Causes des Saints, le Cardinal Angelo Becciu connaît bien le Cardinal Émile Biayenda

 

lire la suite

 



Éditorial

NOUS SOMMES DES PIERRES VIVANTES

« C’est en vous approchant de lui, pierre vivante rejetée par les hommes mais choisie et précieuse par Dieu, que vous aussi, comme pierres vivantes, vous êtes édifiées en maison spirituelle, pour constituer une sainte communauté sacerdotale, pour offrir des sacrifices spirituelles, agréables à Dieu par Jésus Christ » (1Pie 2,5). Aujourd’hui, dans le Diocèse de Kinkala, dans le département du Pool au Congo, les défis à relever sont multiples, urgentes, nécessaires, vitaux et coûteux. Ils sont-là, comme impérieux devoir de se reconstruire et de construire le tissu social et économique, à la suite des troubles armés et socio-politiques. Il faut absolument tout reconstruire : les familles dispersées, les villages et les paroisses, les dispensaires et les récoltes, les routes et les ponts, le patrimoine culturel, la langue et ses codes sapientiaux, le folklore et ses danses traditionnelles.

Qu’on ne s’y trompe plus jamais : les cœurs malveillants et endurcis, les consciences invinciblement erronées, les bras sanguinaires, ceux qui piétiné, saccagé, réduit en lambeaux et en cendres le Diocèse et le département ; Ceux-là ne peuvent pas, ne veulent en rien reconstruire les fondements d’une société qu’ils ont sciemment brisée. Voilà pourquoi, les communautés chrétiennes, les paroisses, le savoir-faire des ouvriers apostoliques mis en défi doivent renouveler et vivre de leur foi en Dieu Créateur, dans la puissance du Saint Esprit et par Jésus Christ ressuscité. Il faut bâtir sur le roc (Mt 7,24-27).

Il faut que les paroisses reprennent vie, que les chorales retentissent et chantent l’Angélus et le Magnificat, comme des ossements desséchés qui reprennent de la Chair (Ez 37,1-14). Il faut rebâtir le Temple de Jérusalem et reprendre le culte, comme les fils d’Israël revenus de l’exil à Babylone (Esd 1 à 3). Quelques lettres pastorales du passé sont là et peuvent servir de feuille de route : « Sur la famille » (Biayenda, Carême 1975) ; « Les communautés chrétiennes » (Milandou, 1988), « Chrétiens, quelle est ton attitude devant la souffrance » (Idem, 1990) ; « Ouvrons les chemins de résurrection » (Idem, 2000). Parce que « La création tout entière gémit maintenant encore dans les douleurs de l’enfantement… et nous aussi qui possédons les prémices de l’Esprit » (Rm 8, 22-23).

Restons donc les témoins de l’espérance parce que nous sommes pierres vivantes !

 

Abbé Albert NKOUMBOU

 



Radio Magnificat
La Radio Catholique du Congo-Brazzaville
Branchez-vous vite sur le 93.7 FM Du lundi au samedi de 9hoo à 17hoo

Radio Magnificat
Abonnement de soutien

 

 




 
Haut de page