Mgr Anatole MILANDOU Archévèque de Brazzaville
Accueil > JOURNAL LA MÉMOIRE > 165 > Merci Tata Émile Biayenda pour cette découverte

LA MÉMOIRE BIAYENDA


 
 
 
 

Merci Tata Émile Biayenda pour cette découverte

Témoignage de Mlle Émilienne PEMBA

 

Dans la nuit du 26 au 27 novembre 2014, je fais le rêve suivant : Mr l’Abbé Vicaire Judiciaire, Promoteur de la Cause du Cardinal Émile Biayenda me cherchait pour me dire qu’il y avait des gens qui sont arrivés à Brazzaville dans le cadre du processus de ladite cause et ils souhaiteraient visiter l’appartement où vécut le bon Cardinal. Et moi, toujours dans mon rêve, je me suis exclamée en disant que la maison n’avait pas été nettoyée depuis une bonne période et que, je devais d’abord passer un coup de balaie.

Émilienne Pemba, rédigeant son témoignage

Le soir du 27 novembre 2014, tard dans la nuit, c’est le secrétaire de la cause de béatification qui va m’annoncer que la chorale « Tanga ni Tanga » avait prévu dans son programme des festivités de leur 55 ans d’existence, la visite de l’appartement pour le samedi 29 novembre autour de 11 heures. Après notre entretien téléphonique, c’est la même exclamation que j’ai eu en disant, il faudrait que j’aille nettoyer la maison demain vendredi 28 novembre 2014 pour préparer cette visite. Ce jour là, j’ai passé toute la journée à mettre la propreté dans cet appartement. Mais quand je voulais abandonner le travail de l’entretien pour cause de la fatigue, j’entendis comme une voix intérieure me disant : « Tu m’avais promis passer toute la journée ici, pourquoi veux-tu remettre à demain ce que tu peux faire aujourd’hui ». Gênée intérieurement, alors j’ai continué le travail jusqu’à la fin.

Mais, le samedi 29 novembre 2014, jour de la visite de la chorale « Tanga ni Tanga » de la paroisse Saint Pierre Claver, c’est une surprise que je fais dans la maison du Cardinal Émile Biayenda. Pendant que j’attendais l’arrivée des pèlerins, j’avais décidé de m’asseoir au bureau du Cardinal. Je me suis dit en mon for intérieur, il faut que je prenne connaissance de ce qui se trouvent dans chaque tiroir de ce bureau, car le jour où les gens du Vatican viendront ici, ils pourront nous poser des questions pour savoir ce qu’il y a dans chaque tiroir et aussitôt, je commençais à tirer tour par tour chaque tiroir. Arrive le tour du 3ème tiroir, je vois un carton blanc à moitié ouvert. Lorsque je l’ouvre, c’est la grande surprise. Je vois plusieurs tas d’images du vénéré pasteur avec les 2 prières en français inscrites au verso. J’étais saisie de frayeur en disant : c’est vrai, la chorale Tanga ni Tanga est bénie et c’est lui-même qui les accueille puisque depuis longtemps nous disions à tous ceux qui voulaient avoir les images du Cardinal (même aux évêques venus aux travaux de l’Association des Conférences Épiscopales de la Région de l’Afrique Centrale (ACERAC) que nous en avions plus. Alors à la fin de la visite, chaque choriste est reparti avec une photo de lui.

Merci Tata Émile Biayenda pour cette découverte.

 

 


 
 
 
Haut de page