Mgr Anatole MILANDOU Archévèque de Brazzaville
Accueil > JOURNAL LA MÉMOIRE > 00 > « Vous n’êtes pas un « muziki », vos statuts sont clairs »

LA MÉMOIRE BIAYENDA


 
 
 
 

« Vous n’êtes pas un « muziki », vos statuts sont clairs »

Homélie du Cardinal Émile BIAYENDA aux Fraternités Féminines, le 20 Octobre 1973 à Brazzaville

Mes bien chers frères et sœurs et vous Filles et Dames de la Fraternité du Sacré-Cœur ;

Le 21 juin de l’année dernière, nous avons eu la grande joie de vous accueillir pour la 1ère fois dans cette Cathédrale. Ce fut l’occasion de vous reconnaître officiellement dans notre Église qui est au Congo, en vos Fraternités Féminines de :

Saint Joseph, Sainte Monique, Saint Michel, Sainte Thérèse
Sainte Agnès, Sainte Bernadette, Anne-Marie-Javouhey

en vous agréant comme Membres d’associations pieuses de notre Archidiocèse.

Aujourd’hui, un même évènement nous rassemble ici.

L’action des premières Fraternités a fait tâche d’huile, car c’est une nouvelle Fraternité, à me référer à la requête de vos Aumôniers.

Fraternité Sainte Bernadette à Saint Pierre-Claver de Bacongo et Fraternité des Anciennes élèves internes de Saint-Joseph de Cluny sous le vocable de la Bienheureuse Anne-Marie-Javouhey. Fraternité des Dames du Sacré-Cœur qui vient à son tour solliciter sa reconnaissance officielle par l’Évêques symbole d’unité de notre foi, de notre Activité apostolique et de notre appartenance à l’Église catholique de Jésus-Christ ici, dans l’Archidiocèse de Brazzaville.

Merci avec tous nos encouragements aux Aumôniers et à tous les Membres des Fraternités rassemblés ici.

Volontiers, chères filles nous vous accueillons de grand cœur, l’âme en joie, pleine de sentiments de reconnaissance envers le Divin Maître et la moisson, qui sans cesse, est au travail partout et vous a conduites à nos côtés pour que vous partagiez avec nous, avec votre cher clergé et tous les baptisés, selon vos moyens et vos possibilités les joies, les soucis, les peines et les espérances des disciples du Christ.

Nous avons parcouru avec intérêt et beaucoup de plaisir vos statuts des unes et des autres. Les motifs qui vous rassemblent et qui fondent votre raison d’être reflètent l’esprit de Jésus-Christ. Tenez-vous y et demeurez sans cesse conscientes qu’en tout et partout, comme les disciples d’Emmaüs, vous cheminez ou vous voulez cheminer avec le Christ.

Faire son chemin avec le Christ, cela peut conduire très loin et ce, nous est un devoir de marcher ainsi jusqu’à notre mort. Vous n’êtes pas un « muziki ». Vos statuts sont clairs là-dessus et merci de ce qu’ils sont clairs.

Du reste, vous avez des Aumôniers et des Aumônières pour vous aider à chercher, à comprendre les exigences du Christ sur vous. Ce n’est pas pour fuir non plus les responsabilités civiques ou autres, mais comme dit le Christ, pour y être lumière et sel. Vos Fraternités ne sont pas un principe de renfermement sur vous-mêmes, mais au contraire un dynamisme, une unité de rayonnement de votre esprit de jeunesse de mise en commun des talents reçus qui doivent être mis au service de vos foyers, de vos frères de vos sœurs, de notre Église et de notre société, notre patrie du Congo.

Votre règle de vie se résume en trois mots : assistance, prière, et pénitence : autant de grâce et d’inspirations jaillissantes du cœur de Dieu, autant d’habitudes et des dispositions qui vous maintiendront sur le bon chemin ou bien contribueront à vous y conduire et surtout à vous donner beaucoup de raisons d’espérer tout de la miséricorde du Seigneur.

Fraternité Sainte Bernadette et Fraternité Anne-Marie-Javouhey, vous êtes présentes, accompagnées et encadrées de vos aînées déjà reconnues ici l’année dernière. Leur idéal demeure le vôtre ; leur mission pareillement, au sein de notre Église.

En effet, comme à elles, en vous reconnaissant aujourd’hui, nous vous confions en même temps une mission en vertu par votre Baptême.

Cardez jalousement, vous aussi, le Dépôt de votre Foi à travers toutes les étapes de votre vie ;

Soyez celles qui prient pour l’éveil et la persévérance des vocations sacerdotales et religieuses ;

Et, eu égard au temps que nous vivons : à savoir la préparation de l’année sainte 1975, dont le thème de réflexion et de prière donné par Notre Saint Père le Pape est la réconciliation de notre propre vie avec nous et nos divers saintes patronnes ainsi que es bons exemple de celles que le Seigneur a mises sur votre chemin au cours de votre formation et de votre éducation.

Transmettez enseignement et esprit de piété reçus à votre jeunesse, a vos propres enfants, afin qu’un jour, le souvenir et l’admiration de votre actuelle appartenance à ces diverses Fraternités leur deviennent aussi une référence et un principe de regroupement et d’action.

La paix du Christ vraiment soit toujours en chacune de vous, dans vos foyers, vos familles, vos paroisses, entre divers mouvements d’action catholique de notre Diocèse, ainsi que dans tous vos milieux de vie et de travail.

Recourez sans arrêt à ce qui donne cette paix : la prière, l’esprit du pardon, l’oubli des injures, la fuite des médisances et vaines jalousies.

Allez puiser aussi, pour celles qui le peuvent et au nom de ceux et celles qui ne peuvent pas, allez puiser cette paix auprès du Christ dans le sacrement de pénitence.

Sainte Bernadette, c’est la voyante de Notre-Dame du Rosaire, celle que l’Église aime invoquer plus spécialement en ce mois d’octobre, dit du Rosaire. Sainte Bernadette était simple et très humble. Sa Dame à elle, lui demandait prière et pénitence : « Je ne te promets pas d’être heureuse en ce monde, mais dans l’autre ». Elle vécut 35 ans mais fut presque toujours malade. Ainsi que Bernadette, que rien dans votre vie : joie aisance ou malheurs ne vous détournement de Dieu et, du service de vos frères et sœurs.

Quant à la Bienheureuse Anne-Marie-Javouhey, elle fut une femme forte, une vraie fille de l’Église et un apôtre, Son amour passionné pour le Christ et les âmes lui a donné l’audace et l’intelligence d’inventer cette grande famille des religieuses de la Congrégation de Saint Joseph de Cluny, dont vous êtes les heureuses bénéficiaires. Regardez-là, admirez son œuvre même parmi nous, puis soyez prêtres à votre minière à continuer sa mission commencée en cette terre.

Ce sont là, bien chères Sœurs, nos vœux et les intentions qui nous animent à cette Messe d’envoi et d’action de grâces. Associons à notre prière, tous les membres présents ou absents, vivants ou défunts de nos Fraternités. Que partout, durant cette année de grâce et de bénédictions le Seigneur soit toujours avec vous.

AMEN...

Cardinal Émile Biayenda

 


 
 
 
Haut de page