Mgr Anatole MILANDOU Archévèque de Brazzaville
Accueil > JOURNAL LA MÉMOIRE > 71 > « Chercher ce qui construit et haïr ce qui sépare, ce qui divise (...)

LA MÉMOIRE BIAYENDA


 
 
 
 

« Chercher ce qui construit et haïr ce qui sépare, ce qui divise »

Émile Cardinal BIAYENDA aux chrétiens de Kinkala en Mai 1974

Chers Frères et Sœurs,

Notre joie est grande d’être, ce matin, à Kinkala, pour la fête de la Sainte Trinité et les confirmations. Après Rome, les amis de France, la messe d’action de grâces, le 20 Mai, à Brazzaville. Mbotieno, (Je vous salue)...

Joie donc aussi de conférer le sacrement de confirmation à près de 150 enfants, venus de différents centres de notre paroisse de Kinkala : Matoumbu, Mvulumamba, Bundzuta, Ngamibaku...

Merci aux enfants pour leur courage, leur persévérance. Merci aux parents, aux tuteurs, aux chers Pères, aux Sœurs, aux Catéchistes et à tous nos mouvements d’évangélisation...

Maintenant, tout n’est pas fini. Le travail des Apôtres a commencé le jour de la Pentecôte et ils sont restés fidèles jusqu’à la fin de leur vie. Nos chers martyrs de l’Ouganda ont aussi suivi leur Christ jusqu’au don de leur vie et de leur sang. Mais il ne faut pas attendre les heures héroïques. Il faut servir sa foi et son Dieu à travers tous les actes et les moments de sa vie.

« Je m’en vais, mais voici que je suis avec vous jusqu’à la fin du monde ». Le Saint-Esprit continue d’être au travail. Il est avec nous, ici - « Là où deux ou trois personnes sont réunies en mon nom, là je suis ».

L’Esprit Saint, vous l’entendrez à travers vos parents, vos bons amis, vos maitres d’école, vos dirigeants dans le mouvement des pionniers.

Cardinal Émile Biayenda

Chers parents, Dieu est fidèle Il sait renouveler sa grâce et son amitié en chaque âme de bonne volonté.

Dites ce qui est bien. Faites, exigez ce qui est bien, ne démissionnez pas de votre mission, l’Église, les responsables de tous les domaines sont avec vous.

Chers Frères et Sœurs

Dieu et l’Église nous font confiance. Ils nous honorent de grâces que nous ne méritons pas, que dans notre confiance nous osions faire ce que nous pouvons.

C’est la fidélité à Dieu, aux hommes à tous nos divers engagements de vie, de famille, de profession, de devoir d’État.

Nous devions nous souvenir de tous les enseignements que vos responsables et Pasteurs n’ont cessé de vous donner :

Lettres pastorales : Respect de la vie, les droits de la vie humaine sont sacrés.

Lettre de Monseigneur Théophile MBemba sur les Vocations, sur l’enseignement du chrétien dans l’Église et la communauté politique, lettre sur les veuves, lettre sur le développement ; la nôtre, sur l’éducation des enfants.

L’année sainte qui est proclamée dans l’Église catholique, tous les 25 ans. Et la dernière était en 1950. La prochaine aura donc lieu en 1975, mais déjà l’annonce a été faite dimanche de Pentecôte dernier.

Le thème : La Réconciliation avec nous-mêmes, avec le foyer ; la famille, le village, la paroisse, la nation, le monde entier ; puis et surtout avec Dieu. Donc chercher ce qui construit et haïr ce qui sépare, ce qui divise.

Quel beau programme de rénovation de nos vies à tous les niveaux, à tous les âges ! Notre assemblée d’hier et d’aujourd’hui nous en donne un avant-goût bien ad hoc et bien à propos.

Cardinal Émile Biayenda

 


 
 
 
Haut de page