Mgr Anatole MILANDOU Archévèque de Brazzaville
Accueil > JOURNAL LA MÉMOIRE > 187 > Bon anniversaire Mgr Anatole Milandou, Archevêque de Brazzaville

LA MÉMOIRE BIAYENDA


 
 
 
 

Bon anniversaire Mgr Anatole Milandou, Archevêque de Brazzaville

A l’occasion de l’anniversaire de naissance de son Excellence Monseigneur Anatole Milandou, Archevêque Métropolitain de Brazzaville, l’Église catholique qui est à Brazzaville se joint à son pasteur pour célébrer dans la prière ledit événement et souffler ensemble les 70 bougies.

3ème prêtre ordonné par le Cardinal Émile Biayenda, Mgr Anatole Milandou est né le 18 novembre 1946 à Ntsamouna (Kinkala) de feu Maurice Mbandu et de feue Madeleine Lukula. Anatole Milandou est l’avant dernier d’une famille de huit enfants.

Il fait ses études primaires tour à tour à Goma Tsétsé et à Mindouli auprès de son frère Hilaire Kibembo qui était enseignant.

Le 16 septembre 1960, il entre au Petit Séminaire de Mbamou qu’il ne quittera qu’en 1965, après la classe de seconde.

De 1965 à 1966, Anatole Milandou est en première au Séminaire Saint Jean de Mafouta (banlieue de Brazzaville).

De 1966 à 1967, il fait sa Terminale au Grand Séminaire Libermann de Brazzaville. Il poursuit sa formation philosophique et Théologique dans ce même Grand Séminaire de 1967 à 1974, avec deux ans de stage : le premier au Petit Séminaire de Mbamou comme professeur (1969 à 1970) et le second de 1973 à 1974 à la Mission Catholique Sainte Barbe de Mindouli où il est ordonné diacre le 23 mars 1974.

Le 23 juin de la même année, l’Abbé Anatole Milandou est ordonné prêtre à la paroisse Sainte Monique de Kinkala par le Cardinal Émile Biayenda, il est le troisième prêtre à recevoir ce sacrement de ces mains. Ce jour-la, le Cardinal Biayenda lui prophétisa en ces termes : « Bien cher Fils, Tu vas être ordonné Prêtre du Seigneur. Sois dans la joie avec nous. Car pour toi s’accomplit aujourd’hui de grandes choses, des choses incompréhensibles à nos yeux d’homme. Le Seigneur fait de toi un Prêtre. Si tu deviens Prêtre aujourd’hui dans le Sacerdoce unique de Jésus médiateur, si comme Jésus, tu deviens médiateur entre Dieu et les hommes, une chose est clairement réjouissante : sois heureux d’avoir été choisi de toute éternité. Avant que tu sois né, avant que tu sois formé dans le sein de ta chère mère Madeleine, avant que tu aies pu exister, le Seigneur t’avait choisi et mis à part pour lui et pour le peuple. C’est cela le mystère de la vocation. Il n’y a pas de hasard. Tout arrive selon un plan préétabli de la sagesse de Dieu. Car Dieu a créé et organisé le monde avec sagesse et par amour.

Monseigneur Anatole Milandou

En acceptant d’être Prêtre en Jésus, tu permets au Seigneur de réaliser son choix d’amour et de prédilection. Il fait de toi son Fils unique : car avec Jésus tu porteras le salut du monde. Ne tremble pas : « Et toi petit enfant, qu’on appellera prophète du Très-Haut, tu marcheras devant à la face du Seigneur pour préparer ses chemins, pour annoncer à son peuple le salut par la rémission de ses péché... Ne tremble pas devant ton jeune âge. Que l’on ne se moque pas de ta jeunesse, dit Saint Paul à Timothée, « Car aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre d’années » a dit un écrivain célèbre ». Cardinal Émile Biayenda

Devenu prêtre, l’abbé Anatole Milandou travaille à la paroisse Sainte Barbe de Mindouli pendant un an, avant de prendre la direction du Petit Séminaire Saint Paul de Mbamou quatre ans durant (1975 – 1979) et qu’il quitte avec beaucoup de regret. L’Abbé Anatole Milandou, il faut l’avouer était le rénovateur de l’esprit de cette maison de formation.

Le 25 septembre 1979, Monseigneur Barthélemy Batantu le nouvel Archevêque de Brazzaville après l’assassinat du Cardinal Émile Biayenda, l’appelle à l’Archevêché comme secrétaire et cela pendant deux ans.

De 1981 à 1983, l’Abbé Anatole Milandou est directeur spirituel et professeur au Séminaire Saint Jean de Brazzaville. En même temps, il poursuit ses études académiques à l’Université Marien Ngouabi.

Nommé Vicaire Général de l’Archidiocèse de Brazzaville, le 1er janvier 1983, l’Abbé Anatole Milandou est licencié en Droit privé.

Le 6 août 1983, il est nommé évêque auxiliaire de Brazzaville. Son sacre a eu lieu le dimanche 28 août 1983 au stade Félix Éboué par le Cardinal Etchégaray, lors de la clôture du Centenaire de l’Évangélisation du Congo en compagnie de Mgr Hervé Itoua lui nommé évêque de Ouesso.

Après son ordination épiscopale, l’Archevêque de Brazzaville, lui confie la charge de la zone campagne tout étant Vicaire Général.

Le 14 octobre 1987, il est nommé Premier Évêque résidentiel du nouveau diocèse de Kinakala. Il est intronisé le 27 décembre 1987 par le Cardinal Joseph Tomko, préfet de la sacré Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples et envoyé spécial du Pape Jean Paul II.

Le 27 avril 1997, il succède Mgr Beranrd Nsayi à la tête de la Conférence Épiscopale du Congo cumulativement avec la Présidence de l’Association des Conférences Épiscopales de la Région de l’Afrique Centrale (ACERAC).

Avec le renoncement 1er février 2001, de la charge épiscopale de Mgr Barthélemy Batantu, ayant atteint l’âge de la retraite, Mgr Anatole Milandou précédemment évêque de Kinkala a été nommé Archevêque de Brazzaville. Il devient ainsi le 4ème Archevêque de Brazzaville, après Théophile Mbemba, Émile Cardinal Biayenda et Barthélemy Batantu.

Il prend possession du siège métropolitain, le 1er avril de la même année.

En même temps, il succède à son prédécesseur Mgr Batantu à la présidence du Conseil œcuménique des Églises Chrétiennes du Congo

Le 29 décembre 2009, il reprend la présidence tournante du Conseil Œcuméniques des Églises chrétiennes du Congo. Sous son mandat, il réhabilite le siège du COECC, relance la publication des livrets de la Semaine de Prière Universelle pour l’Unité des Chrétiens.

Mgr Anatole Milandou est un pasteur déterminé à servir. Il s’emploie souvent à dynamiser la pastorale des vocations. Chaque visite pastorale, comporte en filigrane une conscientisation des jeunes face à leur avenir. Homme d’écoute, homme de dialogue caractérisé par une pensée forte et fructueuse. Au cœur de la violence dans le pays, Mgr Anatole Milandou n’a jamais abandonné le gouvernail de son bateau. Devant les difficultés sociopolitiques de notre pays et des critiques stériles de certains médias de la place, sa pensée est restée sans ambigüité et son travail pastoral concentré sur la paix, l’unité, l’éducation et l’intégration des jeunes dans les rouages du développement total de la nation congolaise.

A la date de ce jour, Mgr Anatole Milandou a battu le record de la longévité de l’exercice de l’épiscopat au Congo. Aujourd’hui, il totalise 33 ans d’épiscopat.

Ya Grey


Extraits de l’homélie du Cardinal Émile Biayenda, à l’ordination sacerdotale de l’Abbé Anatole Milandou

23 Juin 1974 à Kinkala

Bien cher Fils,

Tu vas être ordonné Prêtre du Seigneur. Sois dans la joie avec nous. Car pour toi s’accomplit aujourd’hui de grandes choses, des choses incompréhensibles à nos yeux d’homme. Le Seigneur fait de toi un Prêtre. Si tu deviens Prêtre aujourd’hui dans le Sacerdoce unique de Jésus médiateur, si comme Jésus, tu deviens médiateur entre Dieu et les hommes, une chose est clairement réjouissante : sois heureux d’avoir été choisi de toute éternité. Avant que tu sois né, avant que tu sois formé dans le sein de ta chère mère Madeleine, avant que tu aies pu exister, le Seigneur t’avait choisi et mis à part pour lui et pour le peuple. C’est cela le mystère de la vocation. Il n’y a pas de hasard. Tout arrive selon un plan préétabli de la sagesse de Dieu. Car Dieu a créé et organisé le monde avec sagesse et par amour.

En acceptant d’être Prêtre en Jésus, tu permets au Seigneur de réaliser son choix d’amour et de prédilection. Il fait de toi son Fils unique : car avec Jésus tu porteras le salut du monde. Ne tremble pas : « Et toi petit enfant, qu’on appellera prophète du Très-Haut, tu marcheras devant à la face du Seigneur pour préparer ses chemins, pour annoncer à son peuple le salut par la rémission de ses péché ... ».

Ne tremble pas devant ton jeune âge. Que l’on ne se moque pas de ta jeunesse, dit Saint Paul à Timothée, « Car aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre d’années » a dit un écrivain célèbre.

Tu as eu beaucoup de courage pour faire ce pas que bien de jeunes n’osent pas faire. Mais si tu as eu un tel courage, c’est parce que tu as fait confiance en Jésus-Christ et en son Église : alors tu as persévéré dans ta décision de servir l’humanité au nom et à cause de Jésus. Que tu le saches, cher fils, Jésus-Christ est fidèle. Il ne te fera jamais défaut. Et toute notre prière demande que les forces du mal n’aient jamais le dessus ni sur toi, ni sur tous tes frères dans le Sacerdoce. Veuille seulement vouloir rester fidèle à la mission du Christ « d’annoncer le salut par la rémission des péchés » d’aider les hommes à servir ce monde en justice et sainteté devant la face du Seigneur tout au long de leurs jours ...

Chers fils, la fonction que tu acceptes d’exercer dans ce monde est un mystère voilé, mais capital. On le dénigre, mais tout le monde compte dessus sans le savoir. A tous ceux qui peuvent te mépriser dis : « Ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Il faut tous les jours de ta vie essayer d’approfondir ta mission de prêtre. Et pour comprendre ta mission, il faut t’asseoir devant la face du Christ, comme Marie. Lui, te dira ce que le Père t’envoie faire dans ce monde, car s’il est vrai que le Christ est mort pour cette mission, c’est dire que c’est une mission qui vaille la peine. Il faut t’asseoir et prêter l’oreille au Seigneur comme le jeune Samuel, en disant : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute ». Le texte ne continue pas et ne précise rien sur ce que dit le Seigneur. Samuel aura toute la vie à entendre au fil des jours ce que dit le cœur de Dieu aux hommes. Toi aussi, tu es prêtre aujourd’hui, mais ta mission, c’est au long des jours que tu la recevras du Seigneur auprès des hommes. Ne t’agite donc pas à la façon de Marthe. Sois attentif au Seigneur par la prière et la méditation et tu seras à même de participer au développement du pays et du monde avec les maçons, avec les mécaniciens, avec les infirmiers, avec les enseignants, avec les politiciens, avec les ménagères, les étudiants, avec les cuisiniers, avec les ouvriers, avec tous les hommes que Dieu mobilise dans sa sagesse pour construire son monde. Tu es appelé auprès de toutes ces catégories de travailleurs comme Jean Baptiste pour leur annoncer le salut qui s’accomplit par eux en chaque situation où chacun œuvre. Mystère de foi : Il n’est pas nécessaire d’être maçon pour annoncer aux maçons le salut de Jésus ; il est seulement nécessaire que tu écoutes Jésus lui dire ce qui est pour le salut de cet homme.

Tu seras trouvé fidèle si tu acceptes de persévérer dans la prière et la méditation. Tu es appelé à être Képhas, toi aussi, c’est-à-dire : Pierre. Car comme le disait Jésus à Simon Pierre, le prêtre est appelé à affirmer ses frères dans la foi, c’est-à-dire, dans la recherche perpétuelle du bien et uniquement du Bien. À toi, comme à tout prêtre, nous disons : « Tu t’appelleras Képhas-Pierre ». Mais tu seras « Képhas » solide, si tu acceptes de vouloir persévérer dans la prière et la méditation qui seules te rendront réellement attentif à Jésus et aux hommes...

 

 


 
 
 
Haut de page